Comment rater sa reconversion professionnelle ?

Les articles expliquant comment réussir sa reconversion professionnelle pullulent sur internet depuis quelques mois. Chaque structure possède sa propre méthode pour conduire ses clients à s’épanouir davantage.

Aujourd’hui, je vais sortir de cette logique en pointant du doigt les comportements pouvant conduire une personne à rater sa reconversion.

Choisir le premier centre de bilan de compétences venu

Un bilan de compétences est une démarche où vous devez vous ouvrir à votre conseiller pour qu’il puisse vous accompagner dans les meilleures conditions. Pour que votre démarche soit réussie, un climat de confiance doit s’établir. Pour cela, il est fortement recommandé de contacter plusieurs organismes de formation pour rencontrer différents consultants bilan de compétences et ainsi vérifier comment s’installe la relation.

Par ailleurs, il est important de vérifier si l’organisme dispose de la certification « Qualiopi ».

La marque « Qualiopi » vise à :

  • attester de la qualité du processus mis en œuvre par les prestataires d’actions concourant au développement des compétences ;
  • permettre une plus grande lisibilité de l’offre de formation auprès des entreprises et des usagers.

Source : https://travail-emploi.gouv.fr

A partir de janvier 2022, les organismes ne disposant pas de cette certification ne pourrons pas proposer de formation éligibles CPF.

Manquer d’audace peut vous conduire…à pas grand-chose…

Il n’y a pas de fumée sans feu…et il n’y a pas de reconversion sans prise de risque…Une reconversion implique de se jeter dans l’inconnu, de sortir de sa « zone de confort ». 

Bien entendu, il ne faut pas foncer tête baissée, il faut border les choses en allant vérifier sur le terrain le réalisme du projet visé. Ce cheminement que l’on appelle communément « enquêtes professionnelles » doit être effectué auprès des personnes exerçant le métier visé, les financeurs (Transition Pro) s’il faut passer par une formation de reconversion, les recruteurs éventuels.

Inversement, rester sur un projet purement théorique en n’effectuant pas d’enquêtes métiers risque fort de générer du découragement en raison du manque d’information concrètes. 

Ne pas vérifier le marché du travail peut vous conduire à rater votre reconversion

En effet, un des facteurs clés dans la réussite d’une reconversion consiste à vérifier le marché du travail. S’orienter vers un métier peu porteur en termes d’emploi n’est pas impossible mais il faut avoir pleinement conscience que l’effort à produire pour rendre la reconversion effective sera bien plus important.

Il va falloir « lutter » et ne pas baisser les bras malgré les difficultés et les échecs.

Une des manières la plus simple pour réussir sa reconversion est donc de se tourner vers un métier en tension. Les entreprises qui éprouvent des difficultés à recruter sont alors beaucoup plus souple dans la sélection des profils.  Il est donc beaucoup plus simple de réussir sa reconversion.

Plus le projet sera fouillé en effectuant des enquêtes, plus il sera facile de passer à l’action et de s’engager dans une reconversion professionnelle de manière effective par la suite.

Rater sa reconversion professionnelle en restant passif

Le fait de rester passif et d’attendre que tout vienne du consultant en orientation professionnelle qui assure l’accompagnement génère un risque majeur d’échec. En effet, le conseiller bilan de compétences n’a pas pour vocation de sortir un projet de mobilité de son chapeau tel un magicien. Son métier, s’il le fait dans les règles de l’art consiste à diriger son client dans la mécanique du bilan de compétences pour qu’il chemine et comprennent par lui-même (par les démarches de terrain notamment) quelle est la meilleure voie à suivre.

Cela n’empêche pas qu’il fournisse des informations sur le marché du travail, les possibilités de financement de formation, les dispositifs liés à la formation professionnelle (CPF, PTP, VAP, VAE, …).

Toutefois, a aucun moment, le conseiller bilan de compétences ne doit s’arroger le droit de choisir une reconversion à la place de son client. Ce serait une faute

Ne pas se confronter au réel et rester sur une idée théorique de son métier

Comme nous l’avons évoqué plus haut, les démarches de terrain impliquant des rencontres avec les professionnelles sont capitales. Le bilan de compétences est une démarche en entonnoir et le cheminement intellectuel qui en découle permet d’affiner les choix de reconversion. Une personne qui se laisse guider par son conseiller dans la mécanique du bilan arrivera obligatoirement à des résultats. En revanche, en n’effectuant pas de recherche et en n’allant pas se confronter à la réalité du marché du travail, la personne reste bloquée dans l’entonnoir et par conséquent, les pistes restent nébuleuses.

Ne pas s’accorder de temps pour sa reconversion

Les personnes souhaitant quitter leur emploi très rapidement s’orientent souvent vers un échec. En effet, elles s’emparent de la première option qui se présente à elles et bien souvent, les résultats ne sont pas concluants.

Il est fortement conseillé de se laisser du temps, un nouveau projet professionnel ne se fait pas en un claquement de doigts et il faut souvent plusieurs mois avant de le mener de manière effective.

En matière de reconversion professionnelle, le maître mot est « PATIENCE ».

Actualité Digitale
Dernieres actualités
spot_img

Related Stories